Category Archives: Sortir, sortir, sortir

Le chant des falaises


.

.

.

.

.
.

.

.

.

.

.

.

Modulations, Julien Clauss
15-16 juillet 2017
05400 – Le Saix

.

:-)

Posted in Au pays de Heidi Silicium, Les artistes, Sortir, sortir, sortir, Un pont vers le futur | Leave a comment

Aux carrières des Baux…


C’était vendredi dernier aux carrières des Baux de Provence : une soirée de projection des oeuvres du Festival de la photo de nu d’Arles sur les anciens fronts de taille…
Un moment de pure magie… Il faut dire que le cadre tout autant que les oeuvres formaient un superbe creuset à rêveries…

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.


Posted in Flâneries, Les artistes, Sortir, sortir, sortir | 7 Comments

Cette nuit…

… 20 h30… retour de mon cabaret  préféré (je n’ose dire fétiche ;-)…

… 5h19… pleine lune  (à Nancy comme partout ailleurs ;-)

 

Posted in Au fil des jours, Sortir, sortir, sortir | 3 Comments

Un voyage au desert…

Quelque part au bout du monde 

Entrer dans un autre monde

s’embarquer pour un voyage


(Xavier Querel)

Sensoriel, humain et artistique
(Jérôme Noetinger)

Au coeur des cultures numériques

 (Valentina Vuksic)

Jusqu’au bout de la nuit… (Julien Clauss)

Dans le chant des satellites

(Alejo Duque & Alexander Tuchacek)

Se dire que la perfection existe ;-)

(Pleine lune à 22h52)
;-)

Ps. edit du 13 juillet 2012

Posted in Les artistes, Sortir, sortir, sortir | 3 Comments

C’est dans la boîte…

C’était un jeu simple

.
Il suffisait de deviner

.
Ce qu’il y avait dedans

.
Bien sur avec les mains

.
C’est bien plus amusant

.
Mais… A votre avis ?

.
;-)


 

Posted in Sortir, sortir, sortir | 8 Comments

Mutant et hybride

On y croise des fakirs et des acrobates, des derviches tournoyant au milieu des flammes, de gracieuses dames papillons montées sur échasses, d’audacieuses créatures tout droit sorties d’un roman de Lovecraft, d’improbables ballerines vêtues d’un tutu et d’un masque à gaz rose… Tout un petit monde étrange et attachant qui déambule aux milieu des dandys et des succubes, pirates, catcheurs, écclésiastes, élégantes des années folles et même quelques nounours en liberté au milieu des punks à vapeur… Tout un éventail de tenues fétichistes aussi… bien sur… qui se mêlent et s’entremêlent en un joyeux cross-over sur fond de fox-trot ou d’electro.

Chaque soirée a ses saveurs, ses couleurs propres… Le bal du cabaret rouge c’est la poésie et la transgression, assurément… avec en prime la fête et l’émerveillement…

 

 

Posted in Sortir, sortir, sortir | 4 Comments

Pour mémoire…

… prévoir des chaussures à coques pour le prochain concert de psychobilly…
(J’avais des bunker pourtant, mais visiblement ça ne suffisait pas… aïeuuuh ;-)
.

(Oui, mais quel pied ! ;-)

Posted in Sortir, sortir, sortir | 3 Comments

Il est de retour…

.

.

.

.

.

.


(The intelligence ;-)

.

… Le temps des coquelicots ;-)

.

Posted in Sortir, sortir, sortir | 4 Comments

Micmacs à Aubervilliers

Avec Micmacs à Tire Larigot Jean Pierre Jeunet poursuit son exploration d’une esthétique que je qualifierais de « steampunk de Levallois-Perret »… un bel univers un peu kitsch rempli de bricolages improbables et poétiques nés des amours de Tim Burton et Jean Tinguely dans un Paris rétrofantasmé qui constituait déjà sa marque de fabrique dans Amélie Poulain.

J’ai retrouvé avec plaisir cette lumière si particulière, un peu dorée, un peu poudreuse, et ces couleurs qui tirent sur le vert et le jaune.

Ses personnages sont attachants et
poétiques… Yolande Moreau est tout simplement adorable en tenancière
du tire-larigot, et Omar Sy excellent en poète au verbe truculent et haut en couleur… Avec leurs compères ils forment une jolie petite cour des miracles qui me fait un peu penser à l’esprit d’un très beau film injustement
méconnu de Robert Guédiguian, A la vie à la mort

Toujours ce bel art de choisir des gueules de cinéma… avec une
mention à Dominique Pinon, dont je n’ai jamais trop compris pourquoi on
ne le voyait pratiquement que chez Jeunet.

Beaucoup de tendresse pour ce joli conte burlesque de chiffonniers qui font tourner en bourrique une belle paire de méchants campés par André Dussollier et Nicolas Marie….

Un petit moment de trouble aussi sur cette scène où Dominique Pinon se fait tirer par l’oreille par Marie-Julie Baup… Bah oui j’aime bien l’idée d’une fille qui tire un garçon par l’oreille… on se demande vraiment pourquoi ;-)… Mais ne comptez surtout pas sur moi pour vous expliquer ce qu’il avait fait pour mériter ça… et maintenant que je vous ai honteusement teasé il ne vous reste plus qu’à aller regarder le film (je sais… suis un fourbe ;-)

Avec ce film Jeunet touche à des thèmes assez graves… l’exclusion, le trafic d’armes… traités à sa manière, c’est à dire avec beaucoup d’humour et de poésie… deux
ingrédients qui rendent la vie nettement plus amusante
qu’un rapport du FMI sur la crise financière…

Il faut être franc : ce n’est pas son plus grand film (perso j’aurais tendance à voter pour Delicatessen)… mais pourquoi toujours chercher le plus grand aussi ?… Et pour ma part j’ai été plus que séduit par cette belle farce captivante qui m’a fait passer un excellent moment de cinéma…

Et si ce n’est pas votre truc… Bah… Je trouve la période plutôt réjouissante sur le plan cinématographique… En ce moment j’ai très envie d’aller voir Visage, Navidad, l’imaginarium du docteur Parnassus, le doc sur l’enfer de Clouzot (hmmm… sublime Romy Schneider ;-), et bien sûr 2012… bah oui, j’aime bien Emmerich… on peut être cinéphile et aimer les films catastrophe non ? ;-)…

Un seul regret… avoir raté The informant il y a quelques semaines… mais bon… serais pas surpris qu’il y ait d’autres occasions de le voir ;-)

Ah oui… et un autre film à ne pas rater en ce moment : Panique au village… grand moment de bonheur en stop motion… mais shhht, je ne vous ai rien dit ;-)

Bon ben moi je file au ciné hein ;-)

___________________
Creative Commons License doigt de miel

Posted in Sortir, sortir, sortir | 6 Comments

Magie des images…

C’était début mai, à Bâle, haut lieu de l’art moderne et contemporain avec notamment Art Basel et une belle concentration de musées en tous genres. Parmi eux la fondation Beyeler est tout simplement un des plus beaux que je connaisse.

Il présente, dans un bâtiment signé Renzo Piano, la collection privée d’Ernst et Hildy Beyeler, collectionneurs et marchands d’art bâlois qui ont, dans la plus belle tradition rhénane, fait don de leur fonds à une fondation créée pour l’occasion.

Le lieu est réputé pour ses expos, et ces dernières années j’ai pu y découvrir, entre autres choses, Christo, Andy Warhol, Miro et Calder… ou encore cette belle présentation de l’eros dans l’art moderne que j’avais bien aimée il y a deux ans…

.

Leur dernière expo s’appelait… « La magie des images – L’Afrique, l’Océanie et les modernes » (je vous épargne le titre original en allemand ;-)… Elle s’appuie sur un point de départ lumineusement simple : présenter des oeuvres d’arts premiers dans le décor des collections permanentes du lieu…  Et ça donne quelque chose de ce genre là…

.

C’était ma première expo d’arts premiers et j’ai été stupéfait par l’expressivité des oeuvres présentées, même lorsqu’elles confinent à l’abstraction…

                              

.

Emerveillé aussi par la finesse et la facture des sculptures de bois de Papouasie Nouvelle Guinée (Belle découverte ;-)

.

Le parti-pris de mêler des oeuvres d’arts premiers et d’art moderne donnait un très beau résultat, et parfois de belles résonances…

.

Peut être une des œuvres les plus touchantes que j’aie vues : A’a, une divinité de la fertilité des iles australes, présentée sous la forme d’un moulage en bronze réalisé en 1980 par Henry Moore

.

Les arts premiers se pratiquent souvent sur des supports périssables, éphémères…  et beaucoup des pièces exposées étaient somme toute assez récentes….XVIII, XIXème siècle, voire même début du XXème…

.

Je n’ai d’ailleurs pas pu m’empêcher de me demander si la douleur qui transpirait de certaines de ces oeuvres  n’était pas liée au traumatisme engendré par la traite des noirs…

.

Certaines intégraient des clous ou des miroirs qui avaient probablement été fabriqués en Europe… La mondialisation déjà

.

C’était étonnant de se dire que certaines de ces œuvres sont peut être contemporaines les unes des autres

.

Etonnant de constater comment des civilisations prennent parfois des voies différentes

.

Et de découvrir comment elles peuvent parfois aussi se faire des clins d’oeil ;-)

.

C’est bête je viens de découvrir que l’expo a été prolongée d’un mois… Elle s’achève après demain soir… mieux vaut vous dépêcher donc, si vous voulez encore la voir… Sinon il vous restera toujours l’expo sur Giacometti, dont la fondation abrite déjà une belle collection, et qui durera jusqu’en octobre…

.

Puis, sur un registre plus contemporain, ce sera Jenny Holzer, à partir de novembre

.

Mais pendant les beaux jours c’est quand même beaucoup plus sympa pour pouvoir profiter du parc après la visite ;-)…

.

___________________
Creative Commons License doigt de miel

Posted in Sortir, sortir, sortir | 4 Comments