Category Archives: Ombres et lumières

A l’école des cordes

Emotionnelles, sadiques, ludiques, scéniques, thérapeutiques, intenses, sensuelles, empathiques…

Il y a mille et une façons de décrire ou pratiquer les cordes, et ces quelques mots ne sont que de pauvres reflets de ce que je ressens en mon for intérieur… Il y a une mystique des cordes, un mystère que j’espère bien éclaircir par une pratique assidue et volontaire… Mais quelle que soit la manière de s’y adonner, et quel que soit l’avenir qu’elles voudront bien m’accorder je réalise d’ores et déjà qu’elles sont de merveilleuses médiatrices…

Il y a une révélation des cordes… Celle de l’autre tout comme celle de soi…
C’est humain tout simplement… Si profondément humain…

Pleine lune à 19h19…

______________
Creative Commons License Kann Danns

Posted in Jeux de cordes, Ombres et lumières | Leave a comment

Savoir dire non

Il y a quelques années j’ai participé à un atelier sur le « savoir dire non » lors du festival Xplore Paris (excellent rendez vous consacré aux sexualités créatives et à la communication sensuelle, devenu entre-temps Erosphère, auquel j’espère bien assister derechef). Le principe de l’atelier était simple : une cinquantaine de personnes rassemblées dans une salle. Un participant sur deux se fait bander les yeux avec pour consigne de dire non à chaque fois que quelqu’un le touche… Au bout d’un moment on inverse les rôles et ceux qui avaient les yeux bandés devenaient eux même passants caressants.

Dans un premier temps il fallait dire simplement non, sans y mettre d’intonation particulière… Ca a duré 10 minutes environ, puis dans un second temps il fallait dire non avec davantage d’énergie… Et là j’ai senti monter une curieuse agressivité en moi, comme si quelque chose se libérait en moi… Dans un troisième temps on pouvait laisser éclater sa colère… Tout devenait permis, y compris attraper la personne qui vous avait touché… Et là je me rappelle avoir assisté, et participé aussi ;-), à des scènes étonnantes…

Le plus surprenant était qu’en laissant filer mes émotions, tandis que j’avais les yeux bandés, je réalisais qu’il y avait des contacts qui ne me donnaient pas du tout envie de dire non… bien au contraire même… Je continuais à dire non car c’était la consigne, et je suis un garçon très consciencieux, si, si ;-), mais tout en moi me portait à dire oui…

Paradoxalement c’est là que j’ai réalisé toute la valeur du oui… C’est idiot mais je n’avais jamais mesuré à quel point un oui peut être profond et sincère avant d’apprendre à dire non…
Ca a été pour moi une des expériences les plus marquantes de ces dernières années, et les plus formatrices également…

A l’époque j’en avais écrit ces quelques lignes

(..) Pour ce qui est d’Xplore j’en retiens avant tout l’apprentissage du non… Quelque chose que j’ai toujours eu du mal à faire car je n’aime guère être celui qui refuse… Cette attitude part d’une bonne intention, mais il se murmure que l’enfer en est parfois pavé, et je m’autoriserai dorénavant à poser des limites avec, je l’espère, élégance et délicatesse…

Ca m’a aussi permis de mieux accepter de ne pas plaire parfois… Au cours des ateliers Il m’est arrivé de croiser des gens qui ne souhaitaient manifestement pas entrer en contact avec moi… En temps normal ça m’aurait blessé, mais là il suffisait d’aller vers quelqu’un d’autre et ça finissait toujours par déboucher sur un échange… Une grande leçon pour moi…

En corollaire j’en déduis que j’ai moi aussi le droit de refuser un contact qui ne me conviendrait pas… Parce que dès lors que je ne plais pas à tout le monde pourquoi est-ce que tout le monde devrait me plaire ?… (…)

J’a été confronté à ce cas de figure récemment… Une rencontre de cordes où je n’ai rien ressenti de particulier… La demoiselle était charmante pourtant, une personne affable et agréable, plaisante. Pourtant l’alchimie n’était pas au rendez vous. Je ne saurais dire à quoi ça tenait… et en fait ça n’a pas tellement d’importance tant il est vrai que seul le ressenti fait loi en ce domaine…

La demoiselle avait beaucoup aimé et ça m’a fait de la peine de lui dire que quelque chose n’avait pas fonctionné de mon côté et qu’on ne pouvait pas continuer à se voir… Mais je sais que j’ai fait ce qu’il fallait… Subie ou infligée c’est la règle de ce type de rencontre et si l’on n’est pas disposé à l’accepter mieux vaut se trouver une autre occupation…

Et surtout à quoi bon nouer une relation qui ne serait pas le fruit d’une envie partagée ?…
Sans préjuger de l’envie de l’autre pour ma part j’espère simplement que, lors de ma prochaine rencontre, tout en moi me portera à dire oui, encore !…

Parce que rien ne vaut la durée pour nouer des liens :-)

 

Pleine lune demain à 13h05…

 

;-)

______________
Creative Commons License Kann Danns

Posted in Au fil des jours, Ombres et lumières, Parfums de déesses | Leave a comment

Au temps des cerises…

 

Pleine lune à 18h21 :-)

 

Posted in Ombres et lumières, Rêveries | Leave a comment

La larme

C’est mon dernier cours. L’aboutissement d’un cycle visant à acquérir tous les fondamentaux de la suspension… D’abord quelques exercices, puis une semi-suspension sur le côté, suivie d’une simulation d’évanouissement pour apprendre comment réagir dans ces cas. A présent c’est le moment de mettre en pratique tout ce qui a été appris au cours des dernières semaines. Il reste 45 minutes avant la fin.

Je commence par un harnais simple autour du torse. Les entrainements sur le dossier d’une chaise entre deux cours m’ont permis de peaufiner la technique. Le geste est fluide, sans hésitation. Je peux me concentrer sur les sensations partagées avec ma modèle. C’est la seconde fois que je l’attache. Une belle grande fille au corps de brindille. Elle a les yeux fermés, visiblement ravie des sensations que lui procure la corde. Il en reste un peu, que j’enroule autour de sa taille, sans serrer. Puis je lui fais un second harnais sur les hanches et la fais mettre à genoux. Je la pousse doucement vers l’arrière. Elle bascule sur le dos, prête à être hissée.

Je tente une fixation à trois points sur ses hanches et tout à coup ça n’a plus rien de simple. Mais comment ça se noue ce machin ? Je fais quelques tentatives. Regarde les brins avec circonspection. François me rejoint. Le moment se prolonge un peu. La jolie modèle demande si elle peut déplier les jambes. Son long corps se déroule entièrement sur la natte. On y arrive enfin.

Première traction. Son bassin décolle. Je rallonge la corde et tire derechef. Elle soupire. Une autre traction et ses pieds décollent du sol, elle bascule en arrière. Un dernier effort. Sa tête se renverse. Une expression extatique a fleuri sur son visage.

Elle se met subitement à secouer la tête pendant que je bloque la corde
Ca va ?
Ouiiiii… Sourire…
Elle gémit, se tord, gigote. Pendant un moment je me demande si c’est de douleur ou de plaisir. Je m’approche. Une larme perle de son œil. Et toujours cet air extatique !
Je pose sa tête au creux de mon bras, lisse ses cheveux sur son front, ses tempes, puis me relève pour fixer une seconde tractante sur le shinju.

Puis soudain une grimace. Le raccord de corde a glissé sur sa clavicule pendant la manoeuvre.
Moment de flottement, juste le temps de déplacer la corde de quelques millimètres. Je me sens désemparé. J’avais pourtant bien fait attention a l’emplacement du noeud ! Et surtout j’ai eu peur un instant de lui avoir brisé la clavicule. Elle a l’air si fragile. Soudain je doute. Son corps est tendu, arqué, sa tête renversée. Elle me redit que tout va bien. François lui soutient la tête. Je l’interroge du regard et il me fait signe de continuer.

Je lui attache un poignet, passe la corde autour de sa cheville et la ramène vers l’arrière. Je suis curieux de ce que ça va réveiller en elle mais François me rappelle qu’elle débute et qu’elle aussi vit sa première suspension… alors je ramène son bras contre son corps et fais simplement quelques tours de cordes sans serrer. J’ai envie d’aller plus loin, explorer ces terres neuves, découvrir ses réactions, mais plus serait trop. Il est temps de la redescendre.

François me suggère de la ramener d’abord sur ses genoux. Je fais glisser la corde très doucement, un bras passé autour de son épaule pour accompagner sa descente… Elle s’affale, sonnée. Je glisse un coussin sous sa tête… Elle semble être au septième ciel. Je défais les cordes qui ceignent ses hanches, puis je la prends contre moi et lui retire très doucement le shinju d’une main. Le contact du chanvre la fait frissonner…

Je ne résiste pas au plaisir de faire glisser la dernière corde avec complaisance sur son corps. Elle vibre, frémit. J’adore les réactions qu’elle me renvoie ! Je m’enhardis. Elle pousse un petit cri. Je devine que la corde lui a brûlé la peau… Je dégage le peu de longueur qui reste, puis l’allonge à nouveau et reste à ses côtés tandis qu’elle récupère. Elle a les yeux clos, une expression indicible sur le visage. Au bout d’un moment elle les rouvre et me sourit…

On débriefe. C’était une position très physique, sollicitant fortement le dos, le cou. Elle ne s’y attendait pas mais elle a adoré ça. C’est d’autant plus remarquable que pour elle aussi c’était une première. Les noeuds étaient bons, mais j’aurais dû éloigner davantage le raccord de sa clavicule. J’aurais dû lui soutenir davantage la tête aussi, et gagné à lui parler pour la rassurer, lui expliquer ce que je faisais. Je note.

Je me repasse toute la séquence…
L’encordage et la descente étaient plutôt réussis. Quelques petites erreurs, mais rien qui ne se corrige.
Je me sentais beaucoup moins assuré pendant la suspension proprement dite. Je revois mon hésitation devant ses réactions. Je réalise que je n’avais pas besoin d’aller plus loin une fois qu’elle était en l’air et qu’il me suffisait de rester avec elle. Suspendre l’instant après avoir suspendu le modèle… Tout ça me rend très humble et je réalise qu’il me reste beaucoup à apprendre.

Puis je revois l’expression de son visage… Cette larme posée au coin de son œil, ses frissons, le poids de son corps pendant que je la détachais…
Je repense à la lettre qu’elle m’a envoyé quelques jours plus tard…
Et je comprends soudain beaucoup mieux pourquoi j’aime tant ces drôles de bouts de ficelle…

 

Remerciements tout particuliers à François Xees, Aby Gaelle
et à la personne qui m’a prêté ce joli mannequin, et tant d’autres choses :-)

______________
Creative Commons License Kann Danns

Posted in Jeux de cordes, Ombres et lumières | Leave a comment

Ici l’Ombre…

- Je suis ton frère, ton double inversé. Je suis celui que tu n’as pas pu, ou pas osé, être
- Tu fais partie de moi. Merci de m’avoir rappelé que j’étais, aussi, un môme sadique ;-)

(oui mais gentil, comme qui dirait ;-)

Pleine lune à 23h23

Posted in Ombres et lumières | 2 Comments

La confiance…

Elle : qu’est ce que ça t’a fait de savoir que je pouvais visiter ton ordinateur comme je le voulais pendant que tu me l’avais prêté ?

Moi : j’aimais bien l’idée que tu puisses le faire, et j’aimais bien l’idée que tu n’en fasses rien

Elle : c’est comme quand on se retrouve attachée en fait. On sait que l’autre peut faire tout ce qu’il veut et en même temps on sait qu’on est entre de bonnes mains.

Ce dialogue date déjà un peu mais j’ai l’impression d’avoir touché du doigt quelque chose de l’essence de la soumission ce jour là. Bien sûr il est notoire qu’il ne peut y avoir échange de pouvoir érotique sans confiance dans l’autre… Mais c’est une chose de le savoir et c’en est une autre que de le ressentir dans sa chair.

Avec le temps j’ai appris (parfois à mes dépens ;-) qu’il vaut mieux s’accorder le temps de la découverte avant de s’abandonner pleinement à l’autre. L’enjeu est trop important dans ce domaine singulier… La confiance ne se décrète pas, elle s’installe progressivement au fil des moments partagés, et je dois dire que cette demoiselle a magistralement su gagner la mienne…

Notre histoire (que je raconterai peut être un jour, mais shhht ;-) a pris d’autres chemins depuis, mais la confiance, elle, demeure ainsi que l’estime, la tendresse et l’affection…

Je sais également qu’il y aura d’autres belles rencontres, d’autres jolies magiciennes des sens à découvrir, et je leur dédie très volontiers ce billet tout autant qu’à cette exquise demoiselle :-)

 Pleine lune à 13h33 :-)

______________
Creative Commons License doigt de miel

 

 

Posted in Ombres et lumières | 6 Comments

Dans ma boîte mail…

« ce que je ne comprend pas et excuse d’avance ma question très naïve.
quand on est soumis, on a le droit de se poser de telles questions? je pensais qu’on devait se laisser guider et que c’était elle qui imprimait le rythme de vos échanges et jusqu’où vous iriez »

C’est ce jour là que j’ai compris que j’étais champion du monde des noeuds dans la tête…
C’est juste bête de ne pas pouvoir le mettre en pratique… mais le monde est si mal fichu aussi…

Pleine lune demain à 6h25

(avec une pensée affectueuse à ma délicieuse correspondante ;-)

Posted in Ombres et lumières | 3 Comments

Rencontre du troisième type

J’ai fait une jolie rencontre il y a quelques temps, avec une dame à la fois très douce et pleine de joie de vivre… Une belle histoire entièrement dédiée au plaisir et à la légèreté… Elle a un tempérament d’exploratrice et on passe nos rencontres à sauter d’un rôle à l’autre, tantôt amants, tantôt switchs… C’est à la fois incroyablement jouissif lors de nos ébats matinaux, ou lorsque je me régale de son nectar délicat au creux de ses cuisses encordées et très déstabilisant parfois, comme lors de notre dernière rencontre, lorsqu’elle m’a fait basculer en quelques instants du statut de maître encordeur à celui de jouet sexuel…

Ca fait quelques années que je passe d’un côté à l’autre (du manche) de la cravache, mais c’était la première fois que j’échangeais les rôles ainsi au cours d’une rencontre, et bizarrement j’ai eu du mal a apprécier pleinement cette expérience…C’était pourtant très plaisant de me retrouver devant elle avec les yeux bandés et de me laisser guider au bout d’une laisse sur le lieu où elle m’a euh… étrillé ;-), mais en même temps il y avait quelque chose qui m’empêchait de m’abandonner complètement à la danse de son martinet sur mes fesses…

J’ai mis un peu de temps à comprendre qu’il m’avait manqué un moment de préparation pour endosser ce rôle de bottom, et à oser lui en parler aussi… Ce n’est pas évident d’avouer que quelque chose n’a pas fonctionné dans ces moments là et j’appréhendais un peu sa réaction… Il faut croire que j’ai bien fait car elle m’a dit qu’elle aussi avait trouvé le basculement trop rapide… Pour reprendre ses mots : « Ce n’est pas qu’un rôle, on a beau en avoir très envie, et même si c’est un jeu, c’est soi-même qu’on y met, pas une marionnette« , et je ne saurai mieux dire ;-)…

Il y a toujours un risque de faux pas quand on part à l’exploration de terres inconnues et c’est pour ça que c’est important d’y aller progressivement, et de se donner le temps de l’exploration pour ne garder que le meilleur. Ce qui est bien c’est qu’au fond de soi on sait toujours si une situation nous convient ou pas. Il suffit de s’écouter pour savoir où on en est. Il m’est arrivé de me découvrir des limites que je n’aurai jamais soupçonnées au cours de jeux passés. Dans le cas présent c’est juste un simple réglage, et c’est un vrai bonheur d’avoir une complice avec qui on peut se dire les choses. On en a tiré les conséquences et c’est clair que la prochaine fois on s’y prendra différemment…

J’ignore ce qu’elle me réserve pour la suite, mais pour ma part je sais déjà que j’accorderai un soin tout particulier à l’après-shibari. Généralement j’attache (si j’ose dire ;-) beaucoup d’importance à ce moment là. C’est important d’être présent pour accompagner le retour sur terre de celle que l’on vient d’attacher, et pour lui témoigner sa reconnaissance pour ce magnifique présent aussi…  J’ai un peu shunté cette étape à notre dernière rencontre, tout excité que j’étais à l’idée de découvrir son côté dominant… Mais je compte bien me rattraper la prochaine fois ;-)…

C’est étonnant pour moi d’échanger les rôles comme on le fait… Après avoir été uniquement soumis pendant des années ça n’avait rien de naturel pour moi, mais je crois que j’en avais bien besoin… Ca me fait une belle école de légèreté en plus de beaucoup de plaisir…
Un sacré bordel en fait…
Un joyeux bordel… ;-)

Pleine lune à… ouhlala… 15h46 :-)

_______________
Creative Commons License doigt de miel

 

 

Posted in Ombres et lumières | 6 Comments

Le SM est il soluble dans l’eau qui dort ?

C’était il y a un petit moment déjà, bien avant la création du blog de Heidi. Nous avions diné à quatre avant d’aller finir la soirée dans mon appartement. Puis l’autre couple s’est éclipsé, me laissant seul avec une charmante demoiselle…

Ca faisait quelques temps qu’on se tournait autour, et j’avais eu le temps me préparer à vivre une expérience qui était alors totalement inédite pour moi, à savoir une relation purement vanille, sans la moindre once de BDSM…( Bah oui, c’est mon petit côté explorateur de l’extrême ;-)… En effet je voyais bien que ce n’était pas du tout le genre de la demoiselle… et comme en plus je l’avais rencontrée dans le cadre de mon travail il me semblait plus sage de taire certains aspects de ma libido…

Ca a été une très jolie première nuit, sauf que… peu avant l’aube elle s’est étirée comme une chatte en me demandant si je voulais bien lui attacher les mains la prochaine fois…

Ce jour là j’ai compris qu’il y a des choses contre lesquelles il ne faut pas lutter… et aussi qu’il faut toujours se méfier de l’eau qui dort ;-)…

Elle est devenue mon premier modèle de shibari et on s’est vus pendant plusieurs années avant que nos chemins se séparent… Je me suis souvent demandé depuis ce qui nous avait attiré l’un vers l’autre… Est-ce que nous devinions inconsciemment que nous partagions certaines fantaisies ?

Le plus étonnant c’est qu’elle n’avait jamais vécu d’expérience de ce genre avant de me rencontrer… Quelque part c’est comme si notre rencontre lui avait servi de révélateur… A moins que ce soit moi qui lui ai « soufflé » cette idée d’une manière qui m’échappe totalement ? Est-ce que c’est seulement possible ?

Si je prends mon vécu c’est clair que certaines rencontres ont fait naître en moi des désirs inédits, dont je ne soupçonnais même pas l’existence avant de croiser la personne. Est-ce qu’ils me venaient de ma complice du moment, qui me les aurait refilés à l’insu de mon plein gré, où bien étaient-ils déjà présents dans ma libido à l’état de germe, n’attendant que la rencontre qui les éveillerait ?

Je n’ai pas de réponse. Je ne puis que constater que chaque rencontre entraîne son lot d’envies et de fantaisies particulières, et m’émerveiller de la saveur unique qui en résulte… Mais si vous avez un avis sur la question ça m’aiderait bien ;-)…

( Toujours se méfier de l’eau qui dort ;-)

_______________
Creative Commons License doigt de miel

Posted in Ombres et lumières | 3 Comments

De l’art de la soumission

Il y a quelques années j’ai croisé une jeune femme qui disait avoir envie de pratiquer la domination…
Je la trouvais très inspirante et très stimulante… et elle me faisait tellement rêver que j’ai fini par en perdre tout sens de la réalité… et aussi, hélas, par ruiner la jolie relation que nous avions établie.

C’est bizarre les rencontres en ligne… L’absence de contact direct est propice à toutes sortes de projections et l’on a vite fait de se retrouver dans un monde imaginaire, surtout lorsque l’on aspire à réaliser certains fantasmes… C’est très riche un imaginaire de soumis, et parfois il vaut mieux ne pas le laisser trop galoper…
En ce qui me concerne cette histoire m’a servi de leçon et je suis devenu beaucoup plus circonspect par rapport à mes aspirations. Ce n’est pas que je n’en aie pas… C’est simplement que je n’ai plus envie de m’y perdre et que je préfère éviter de confondre mes désirs et la réalité.

A l’automne dernier j’ai rencontré une jeune femme adorable, Maîtresse à ses heures, qui m’a invité à déjeuner dans un petit restaurant isolé en pleine montagne. Il n’était pas question de jeux de domination entre nous… juste une rencontre amicale pour prolonger de beaux échanges entamés en ligne… On a beaucoup parlé de SM bien sûr, et elle m’a dit qu’après toutes ses expériences elle trouvait que la meilleure façon de le pratiquer était de le considérer comme un jeu occasionnel, et de retourner à un mode de relation plus conventionnel avec sa ou son complice une fois le jeu terminé… et plus j’avance et plus je me dis qu’elle avait raison… (si elle passe lire ces lignes je la salue au passage… Youhou S ! ;-)

Présenté comme ça ça a l’air évident, mais pour moi qui m’étais toujours senti attiré par la soumission depuis mon plus jeune âge c’était très difficile d’imaginer qu’une Maîtresse pouvait également avoir une vie « normale » (un concept très tendance ces jours ci ;-) par ailleurs… Bien sur je le savais, mais seulement de façon abstraite, et la plupart des Maîtresses que j’ai eu le privilège de croiser se comportaient exclusivement en dominantes au cours de nos rencontres… Avec le recul j’en viens d’ailleurs à me demander si c’était un choix délibéré de leur part ou si elles adoptaient ce rôle simplement parce que je mettais un point d’honneur à leur témoigner de ma soumission lors de nos échanges… Grand mystère ça, dont je ne suis pas certain d’avoir la réponse un jour… mais toujours est il que dorénavant je préfère envisager ces relations sur un mode plus léger et plus ludique…

Bizarrement depuis que je considère les choses de cette manière il m’arrive des choses étonnantes… mais ça ce sera pour de prochains billets… ;-)


(à suivre donc ;-)

_________________
Creative Commons License doigt de miel

Posted in Ombres et lumières | 3 Comments