A la source,

Aujourd’hui ça fait pile 15 ans que le blog de Heidi à fait son apparition dans les prairies de silicium, suite a un processus qui avait commencé quelques années plus tôt quelque part du côté de Pontarlier, dans les Monts Jura. C’était un jour de pluie et de brouillard. On faisait une promenade avec quelques amis. Il y avait cette citerne en train de rouiller dans le fossé au bord du chemin, à moitié recouverte par la végétation.

Il se dégageait une curieuse poésie de cette scène. Une dialectique entre cet objet industriel à l’abandon et la campagne alentour. Quelque chose s’est déposé en moi ce jour là, qui a longuement infusé et agit comme une constante, une boussole, un axe qui structure mon chemin : le rapport entre le naturel et l’artificiel.

Le blog de Heidi est issu de cette rencontre. Ou plus exactement il en est l’une des fleurs. Il est également une chronique et une vitrine, partiale et partielle du chemin parcouru. Je l’avais créé pour éblouir une jeune femme avec qui j’avais à peine échangé quelques lignes sur un forum en ligne. J’avais tellement envie d’attirer son attention ! J’étais dans une telle détresse affective dans ces années là !

J’étais très bien entouré pourtant. J’avais plein d’amis et une vie sociale riche et intense. Mais aussi une montagne de désirs et aucune vie amoureuse. L’immense frustration qui en découlait me dévorait de l’intérieur. J’ai mis du temps à comprendre qu’il fallait que je commence par m’aimer moi pour rencontrer autrui

Le blog de Heidi a accompagné, et initié parfois, cette évolution, et là je pense très fort aux belles personnes rencontrées en chemin, les muses, les témoins, les complices, les artistes ; Cette délicieuse Mademoiselle, Home, Régale, Dita*, Ilia, La Fugitive, Naïs, La strasbourgeoise, RMS Titanica, Ivy, Morwenn et tant d’autres encore !

A toutes ces personnes, à toutes celles que j’ai oublié de citer, aux vieux amis qui connaissent ce blog depuis ses débuts et à ceux qui l’ont découvert en cours de route, A toi qui lis ces pages occasionnellement ou régulièrement je dédie ce billet. Merci <3

* Dita, si tu lis ces lignes, est ce que je peux sacrifier ta petite robe noire s’il te plaît ? ;)

Pleine lune à 19h35

« Fleurs de prunier au clair de lune »
Peintre inconnu, photo par Yann Girault

______________
Creative Commons License Kann Danns

This entry was posted in Au fil des jours, Au pays de Heidi Silicium, Le fin mot de l'histoire, Un pont vers le futur. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *