Là où les rivières se meurent

C’est le lieu où l’eau se perd dans la terre

C’est une fraîcheur spéciale dans l’air

C’est une allée tapissée de glaise

C’est une charogne qui fond sous la roche

C’est un rêve qui s’estompe et s’effiloche

C’est l’ombre qui tombe dans la fournaise

C’est l’empreinte de Sa langue impitoyable

C’est Sa griffe chatoyante et insaisissable

Sculptrice pulchritudinale sépulcrale
 Dont l’entaille demeure et demeurerait

Quand bien même toute vie s’arrêterait

Jusqu’à ce que la terre se referme

.

Pris dans la falaise, un arbre attend

Son Heure

.

Pleine lune à 3h38

______________
Creative Commons License doigt de miel

This entry was posted in Au pays de Heidi Silicium, Flâneries. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>