Monthly Archives: novembre 2009

Fétichisme

« Un fétichiste est un monsieur qui fond à la vue d’un pied botté et doit se contenter de la Demoiselle toute entière »…

.

Pfff… on est peu de chose tout de même ;-)

Posted in Ombres et lumières | 5 Comments

Au temps des lucioles…

Je ne sais pas trop ce qui m’a pris… C’était peut être car
je revenais d’une très jolie séance et que je me
sentais au début d’une aventure qui allait changer ma vie… (et d’ailleurs que croyez vous qu’il arriva ;-)…

Toujours est il qu’en passant près de Berne j’ai soudain eu envie de revoir les façades majestueuses de l’Eiger et de la Jungfrau, les chalets de Grindelwald, et les cascades du val de Murren… tous ces lieux que j’avais si souvent parcourus à pieds ou à skis quand j’étais enfant…

A
la fin de la séance les deux demoiselles m’avaient demandé de garder mon bondage jusqu’à la maison… 4 heures de route avec un karada sous ses
vêtements… comme un habit de lumière invisible… C’était un peu irritant par endroits, surtout à la naissance des fesses ;-), mais j’aimais beaucoup sentir leurs cordes sur ma peau… C’était comme un lien qui continuait à me rattacher à elles
même après que nous ayons pris congé…

Il faisait déjà nuit lorsque je suis arrivé à Grindelwald… J’avais gardé l’image d’un village de chalets assoupis sous la neige, et là je me retrouvais projeté dans une sorte de cousin alpestre du Miami Art Deco District… J’ai traversé les rues noires de monde, laissant dans mon sillage un monde flottant de boutiques de luxe et d’enseignes en japonais… Sans regrets… J’avais besoin d’autre chose à ce moment là…

Je suis allé jusqu’au bout de la route, là où elle se transformait en un simple chemin qui grimpait en méandres entre les mélèzes… J’ai continué à pied sous la lune et les étoiles, en direction des masses imposantes et apaisantes des trois soeurs de l’Oberland… à peine troublé par quelques vététistes qui descendaient tardivement de la montagne à la lueur de leurs frontales, tels des essaims de lucioles.

Puis je me suis assis au dessus de la vallée… J’y suis resté un long moment tel un roi sur son trône de pierre, en caressant amoureusement mes cordes dans la lueur bleutée du clair de lune et en savourant la douceur de cette belle nuit d’été à peine rafraîchie par la proximité des neiges éternelles…

Il n’y avait plus de lucioles lorsque je suis redescendu… Il ne restait que le chant des torrents… et je n’avais pu m’empêcher de songer que s’ils grondaient plus fort que dans mon souvenir ce devait être car les glaciers fondaient plus vite que d’habitude en cet été caniculaire… C’était en 2003… et j’ai gardé le karada jusqu’au lendemain ;-)…

Je ne sais pas pourquoi cet épisode m’est revenu aujourd’hui, mais avec le recul il me semble que c’est ce jour là que j’ai commencé à comprendre que le monde de mon enfance avait cessé d’exister… Pas de nostalgie, ou pas encore peut être ;-), mais depuis ce temps là j’ai parfois l’impression d’avancer dans un brouillard qui commence à peine
à s’estomper ;-)…

C’est amusant aussi que ça se soit déroulé juste sur les Marches du pays de Heidi… Je ne la connaissais pas encore à cette époque… mais c’était peut être un signe du destin ;-)…

.

.

___________________
Creative Commons License doigt de miel

Posted in Au fil des jours | 9 Comments

Pfff….

Je n’a jamais été trop porté sur les sites de rencontres à l’exception d’un bref séjour sur meetic il y a ohlala… au moins ;-)… Puis, il y a quelques jours j’ai fini par céder, sous d’amicales pressions ;-), aux sirènes d’un site d’adoption assez connu. Je vous laisse deviner le ton de l’annonce, mais quoiqu’il en soit compte tenu de mes préférences je ne me voyais pas, mais alors pas du tout y rajouter ma photo…

A mon grand dam j’ai vite réalisé que c’était un réel handicap puisque c’est à peu près la seule chose que l’on peut montrer de soi à une acheteuse potentielle… Bah oui, on n’a pas le droit de lui écrire pour briller par sa finesse (hmm ;-)… juste lui envoyer la photo de l’article dans l’espoir qu’elle voudra bien vous mettre dans son caddie… C’est dur d’être un homme objet !

J’avais fini par trouver un compromis en publiant une photo pleine de sens qui me semblait assez bien résumer ma personnalité ainsi que l’objet de ma quête… une sorte de mise en pratique de mes théories sur la communication par l’image en somme ;-)

Ca m’a valu quelques contacts fort sympathiques ainsi qu’une très belle soirée dans un restau japonais le week end dernier…

Hélas… trois fois hélas… adieu les belles acheteuses puisque le bureau de vérification de la pub du site en question vient de rejeter ce marketing avant-gardiste et de me projeter dans l’enfer des fonds de rayonnages en m’informant que :

Votre photo a été refusée pour une ou plusieurs de ces raisons :

- car elle n’est pas suffisamment compréhensible
- car vous n’êtes pas seul dessus
- car elle ne vous ressemble pas assez
- car elle ne vous représente pas
- car elle contient des informations personnelles
- car elle contient une publicité pour un produit commercial…
- car elle était déjà présente dans votre album
- car elle représente un enfant…
- car elle contient des éléments provocants
- un filtre a été utilisé dessus
- car elle n’est pas correctement orientée ou pas correctement cadrée
- car on n’y voit pas votre visage
- car vous y êtes torse nu

Franchement je ne vois vraiment pas le rapport avec cette photo ;-)

Bon ben exprès je la publie ici du coup… Mais n’empêche tout ça ne me dit pas ce que je vais bien pouvoir mettre à la place… Et d’ailleurs si vous avez une idée ;-)

___________________
Creative Commons License doigt de miel

Posted in Au fil des jours | 12 Comments

Heidi mélange les styles

Gargouilles… Il est des styles qui restent insurpassables… Notre Dame forever… ;-)

Weilburg terraces… Une très jolie façon de recycler un parking de village médiéval…

Manuel Vason… il y a des alliances de matières vraiment étonnantes… son site aussi

Humeur… curieuse
Couleurs… améthyste

 

Posted in Dans les yeux de Heidi | 5 Comments

Une belle histoire

« J’aimerais beaucoup te sucer debout devant moi »

Je ne suis pas d’une nature contrariante… Je me suis placé devant le
sofa avec une pensée pour une demoiselle qui m’avait dit qu’il fallait
que j’apprenne à lâcher prise…

Puis… j’ai tout oublié… ;-)

Il faut dire que la belle était drôlement douée pour l’enseignement ;-)
Elle n’a fait qu’une bouchée de moi… si j’ose dire ;-)

.

(Bon week-end à vous :-)

___________________
Creative Commons License doigt de miel

Posted in Parfums de déesses | 8 Comments

Jouer avec les mots

J’ai commencé à écrire en 1990, à l’occasion de mon premier « grand » voyage. C’était en Roumanie. Il y avait encore des étoiles rouges sur les pancartes des villes et des miradors aux frontières. Je découvrais un monde radicalement différent de tout ce que j’avais connu jusque là, et je voulais en garder une trace… Pas même un récit, juste des impressions fugaces qui se sont peu à peu muées en journal intime… Longtemps mes carnets ont été mon bien le plus précieux… Je les ai toujours… des dizaines de carnets rangés dans un tiroir en bois, que je relirais un jour pour savoir d’où je viens…

En 2004 j’ai commencé un roman qui m’a occupé pendant un certain temps. Je n’ose même pas vous avouer de quoi il parle ;-). J’espère bien le finir un jour. Au fond il ne me manque qu’un déclic pour le faire… une Maîtresse peut être… du moins il me plait de le penser ;-)… Pas pour me forcer à écrire, mais peut être pour m’aider à trouver certaines clés qui me manquent pour le terminer…

Puis j’ai rencontré Heidi, et commencé ce blog. C’est là que j’ai cessé à peu près complètement mes carnets… Je me dis parfois que je devrais les reprendre. Le fait d’écrire m’aidait beaucoup à prendre du recul par rapport à mon ressenti et à mon vécu… Et en même temps je n’en ressens plus l’impérieuse nécessité comme il fut un temps… Alors il n’est pas certain que je le referais un jour.

C’est amusant il me semble qu’à chacun de ces supports, journal, roman, blog, correspond une forme d’écriture particulière. Le moyen d’écriture joue également, ne serait ce que car il est très facile de reprendre un texte écrit sur ordinateur… Et pour ma part je ne m’en prive pas… au risque d’y perdre un peu de temps parfois…

Il m’arrive souvent de reprendre mes billets dans les 24-48h qui suivent leur
publication… Ca arrivera sans doute aussi pour celui-ci ;-)… Je ne puis m’empêcher de reprendre, modifier, peaufiner… des
changements parfois homéopathiques, parfois conséquents…

Les seuls moments où je me l’interdis c’est lorsqu’il s’agit d’un
passage auquel quelqu’un a fait référence dans un commentaire… Dans ce
cas il me semble que le texte devient « inamovible », gravé dans le marbre…

Je crois qu’au début je cherchais seulement à affiner mes textes… mais depuis quelques temps je le fais aussi pour me trouver un nouveau style d’écriture… peut être car quelqu’un m’a fait réaliser un jour qu’elle était parfois un peu indigeste ;-), mais il me semble aussi que notre époque demande d’aller vers des textes plus concis, plus précis, plus appropriables par des lecteurs submergés d’infos… Bon c’est clair qu’il me reste du chemin à parcourir, mais… faut être ambitieux dans la vie ;-)…

J’aime bien faire passer des choses en images aussi… Ce n’est qu’une intuition mais il me semble que la communication se fera de plus en plus via des images dans le futur, ne serait ce que car elles constituent un excellent moyen de franchir les barrières linguistiques… J’ai toujours été frappé de voir qu’un japonais peut lire un journal chinois sans parler le mandarin pour autant… simplement car la signification des idéogrammes est identique dans ces deux langues quand bien même ils se prononcent différemment…

Bon je dis ça mais… du coup je n’ai pas la moindre idée de l’image que je pourrais utiliser pour illustrer ce billet ;-)… Celle ci peut être ;-)

.


(Guillaume Apollinaire)
(avec un clin d’oeil à une amatrice de calligrammes ;-)

(si vous avez d’autres idées d’illustration je serais ravi de les ajouter à ce billet ;-)

___________________
Creative Commons License doigt de miel

[Edit du 19 novembre]
Ce billet illustré par Miss Anis :-)

.

.

Hihi, mille mercis d’avoir joué le jeu :-))…
Heidi vous embrasse, et elle m’a envoyé ceci pour vous, mais shhht ;-)
(bon je sais pas si elle est italienne ;-)))

S’il y a d’autres joueurs le jeu se poursuit ;-)


Posted in Au fil des jours | 11 Comments

J’aime bien…

Les jupons de dentelle

(ça doit être mon p’tit côté vieille France)
(Bon, en même temps vu sous cet angle là ;-)

Posted in Rêveries | 5 Comments

Fleur de cuir

J’ai très vite senti qu’on était sur la même longueur d’onde… Il y a des choses comme ça qui ne s’expliquent pas… Elle devait en penser à peu près autant car notre conversation a progressivement glissé vers des sujets pour le moins orientés…

- Et juste par curiosité, tu me verrais comment si tu m’attachais ?
- Je t’imaginais assez bien torse nu (il faut dire qu’elle a une très jolie poitrine)
- Ah non là ça va pas être possible…
(…)
- Mais j’ai quelques tenues s’empressa-t-elle d’ajouter
(Grand sourire jusqu’aux oreilles ;-)

Je la revois un peu plus tard devant moi, debout sur ses escarpins, la tête basse et fière pourtant jusque dans sa reddition, un bandeau sur les yeux, la taille enserrée dans un joli corselet, haletante…

Il y a quelque chose de divin dans le fait de glisser un doigt sur une
culotte trempée de joie, de le sentir s’enfoncer légèrement à travers
le tissu dans quelque chose de chaud, de doux, d’humide… Comme une
éponge qui vous absorberait sans même que vous vous en rendiez
compte… Impression de toucher le bonheur du doigt…

Je l’ai fait mettre à genoux pour lui présenter le collier… Je ne savais pas à ce moment là que je le lui offrirais au moment de nous séparer… C’était bien le moins que je puisse faire en souvenir de ces merveilleux moments passés ensemble…

Elle s’est bien défendue pourtant… la belle voulait bien qu’on la fesse et la fouette, mais se mettait à ruer à chaque fois que mon doigt s’approchait de son petit oeillet… Je ne lui voulais pas grand mal pourtant ;-)

Je ne sais pas ce qu’aurait fait un vrai dominant à ma place (bah oui… normalement je suis plutôt de l’autre côté du manche ;-), mais pour ma part j’ai préféré déposer le martinet, assez copieusement utilisé il est vrai, et apaiser le feu de sa peau rougie à la pointe de ma langue… Elle s’est ouverte comme une fleur, m’offrant la pleine jouissance de ses trésors cachés en émettant de petits sons absolument charmants… Comme quoi on obtient toujours bien plus avec de la douceur…

Ce fut une nuit très tendre, caressante, enivrante… Je devinais son sourire dans la pénombre des bougies… Une demoiselle très coquine et sensuelle assurément… Je n’en avais jamais connu d’aussi sensible des seins… Avec cette sensation étonnante de la voir grimper au ciel à chaque fois que mes doigts, ou mes lèvres, se refermaient sur ses petites pointes érigées, gorgées de désir. Il n’est d’ailleurs pas du tout impossible que j’en aie un peu abusé ;-)

Elle a retiré son corset très tard dans la soirée, presque à regrets, en m’expliquant qu’elle adorait le porter pendant des heures… Je lui ai fait remarquer que le laçage n’en était pas non plus trop serré…
- Ce n’était pas à moi de le vérifier, m’a t elle dit avec un sourire moqueur…

Je n’ai rien dit, mais je m’en souviendrais pour notre prochaine rencontre… et il n’est pas exclu qu’elle s’en morde un peu les doigts ;-)…

.

___________________
Creative Commons License doigt de miel

Posted in Ombres et lumières | 6 Comments

Micmacs à Aubervilliers

Avec Micmacs à Tire Larigot Jean Pierre Jeunet poursuit son exploration d’une esthétique que je qualifierais de « steampunk de Levallois-Perret »… un bel univers un peu kitsch rempli de bricolages improbables et poétiques nés des amours de Tim Burton et Jean Tinguely dans un Paris rétrofantasmé qui constituait déjà sa marque de fabrique dans Amélie Poulain.

J’ai retrouvé avec plaisir cette lumière si particulière, un peu dorée, un peu poudreuse, et ces couleurs qui tirent sur le vert et le jaune.

Ses personnages sont attachants et
poétiques… Yolande Moreau est tout simplement adorable en tenancière
du tire-larigot, et Omar Sy excellent en poète au verbe truculent et haut en couleur… Avec leurs compères ils forment une jolie petite cour des miracles qui me fait un peu penser à l’esprit d’un très beau film injustement
méconnu de Robert Guédiguian, A la vie à la mort

Toujours ce bel art de choisir des gueules de cinéma… avec une
mention à Dominique Pinon, dont je n’ai jamais trop compris pourquoi on
ne le voyait pratiquement que chez Jeunet.

Beaucoup de tendresse pour ce joli conte burlesque de chiffonniers qui font tourner en bourrique une belle paire de méchants campés par André Dussollier et Nicolas Marie….

Un petit moment de trouble aussi sur cette scène où Dominique Pinon se fait tirer par l’oreille par Marie-Julie Baup… Bah oui j’aime bien l’idée d’une fille qui tire un garçon par l’oreille… on se demande vraiment pourquoi ;-)… Mais ne comptez surtout pas sur moi pour vous expliquer ce qu’il avait fait pour mériter ça… et maintenant que je vous ai honteusement teasé il ne vous reste plus qu’à aller regarder le film (je sais… suis un fourbe ;-)

Avec ce film Jeunet touche à des thèmes assez graves… l’exclusion, le trafic d’armes… traités à sa manière, c’est à dire avec beaucoup d’humour et de poésie… deux
ingrédients qui rendent la vie nettement plus amusante
qu’un rapport du FMI sur la crise financière…

Il faut être franc : ce n’est pas son plus grand film (perso j’aurais tendance à voter pour Delicatessen)… mais pourquoi toujours chercher le plus grand aussi ?… Et pour ma part j’ai été plus que séduit par cette belle farce captivante qui m’a fait passer un excellent moment de cinéma…

Et si ce n’est pas votre truc… Bah… Je trouve la période plutôt réjouissante sur le plan cinématographique… En ce moment j’ai très envie d’aller voir Visage, Navidad, l’imaginarium du docteur Parnassus, le doc sur l’enfer de Clouzot (hmmm… sublime Romy Schneider ;-), et bien sûr 2012… bah oui, j’aime bien Emmerich… on peut être cinéphile et aimer les films catastrophe non ? ;-)…

Un seul regret… avoir raté The informant il y a quelques semaines… mais bon… serais pas surpris qu’il y ait d’autres occasions de le voir ;-)

Ah oui… et un autre film à ne pas rater en ce moment : Panique au village… grand moment de bonheur en stop motion… mais shhht, je ne vous ai rien dit ;-)

Bon ben moi je file au ciné hein ;-)

___________________
Creative Commons License doigt de miel

Posted in Sortir, sortir, sortir | 6 Comments

Un jour mémorable…

C’est parfois à de menus détails que l’on réalise que la fin de l’année approche à la vitesse d’un TGV lancé à pleine vitesse à travers les collines champenoises… Ainsi cette photo, prise fin octobre, en plein été indien (soupir ;-), et que je n’avais pas pu m’empêcher de trouver quelque peu anachronique en son temps…

Je n’ai jamais trop compris cette manie de commencer à accrocher les guirlandes deux mois à l’avance… En revanche je comprends pleinement que l’on s’y prenne à l’avance pour le sapin… Il faut dire qu’à Strasbourg on ne plaisante pas avec le sapin de Noël… C’est parait il le second plus grand du monde après celui de New York…

Toute une aventure donc… qui commence en été… tandis qu’on se bronze tranquillou les doigts de pieds en éventail (re-soupir ;-) et que de mystérieuses silhouettes parcourent la montagne en tous sens à la recherche de ze sapin qui symbolisera Noël en Alsace… 

Cette année l’heureux élu (?) des services de l’ONF est un vénérable de 110 ans qui n’en demandait sans doute pas tant…

Il a grandi sur les pentes du Donon, un très joli mont des Vosges du Nord reconnaissable entre tous au temple romain qui coiffe le sommet… un lieu pour lequel je me suis découvert une certaine tendresse cette année… mais ceci est une autre histoire ;-)… Et aujourd’hui je voulais surtout vous parler de cette fameuse date historique du 9 novembre 2009, qui a vu l’érection… du sapin (rhoooh qu’alliez vous penser là ;-) par les services municipaux sur la place Kléber…

Il est y pas beau ?
Un p’tit côté Miss France pour les mensurations de rêve : 35 – 12 – 28 (35 mètres, 12 tonnes, 28 mètres après retaillage… et 2,5 … 2,5 ? Ben le volume, en m3, du socle en béton tiens…

Après c’est comme une miss France : on relooke, on remplume, on maquille… en vue de l’inauguration officielle, fin novembre, puis on jette… L’essentiel étant de pouvoir faire illusion quelques semaines et d’attirer plein de touristes pour leur fourguer du vin chaud qui pique (sauf celui de Mathilde)

Oui je sais c’est affreusement cynique et c’est pas bien de se moquer de Noël… et d’ailleurs si vous saviez comme j’ai honte… Mais quelque part je trouve ça dommage pour ce bel arbre… Curieusement ça me fait moins de peine pour les miss, cet autre rituel de fin d’année…

Bien sûr  tout cela est autrement plus important qu’une obscure histoire de je ne sais trop quel mur abattu il y a 20 ans dans je ne sais trop quel endroit… Naaan je rigole… j’en avais pleuré à l’époque… Et j’en ai repleuré hier, en parcourant le joli portefolio que Slate lui a consacré…

Bah oui, suis un grand sensible…

Vivement un bon vin chaud de chez Mathilde pour se remettre tiens…
(et non je n’ai pas d’actions chez elle ;-)

___________________
Creative Commons License doigt de miel

Posted in Au fil des jours | 6 Comments