5 septembre 2032

Aujourd’hui était mon premier jour à la nouvelle école SENG, Système Educatif Nouvelle Génération. Je m’étais levé un peu anxieux. Bien sûr le journal n’a pas cessé d’en vanter les mérites depuis l’an dernier, mais maman dit que ça ne peut pas être aussi simple, et qu’avec le nouveau comité on ne peut plus être sûr de ce qui est écrit dans le journal. C’est drôle, papa a tout de suite réagi. il a toqué du poing sur la table et elle a baissé les yeux, comme si elle venait de dire une bêtise. Je crois bien qu’elle a rougi aussi. J’aime bien quand elle rougit comme ça. Ca la rend très jolie, et elle est toujours de bonne humeur les jours qui suivent.

Mais là je me suis douté qu’elle venait de dire quelque chose que je n’aurais pas dû entendre. J’en ai parlé à mes copains mais ils se sont moqués de moi. Il y a juste Julie qui m’a dit qu’elle avait entendu un soir ses parents se chamailler à ce sujet. Son papa disait que le SENG était tout pourri. Qu’il n’allait faire que des détraqués et des malades, mais sa maman soutenait mordicus le contraire, et disait que le SENG allait produire les adultes les plus charmants et les plus affables que la terre ait jamais porté. Ca ne l’avait pas trop inquiétée. Elle m’a dit qu’à la maison elle avait depuis longtemps remarqué que c’était toujours sa maman qui avait raison. Comme elle, du moins c’est ce qu’elle m’a dit en riant. J’aime bien Julie. C’est une fille discrète, le genre qu’on ne remarque pas, mais je la suis souvent des yeux quand elle passe près de moi. Elle a toujours l’air de flotter dans les airs, comme si elle était un peu ailleurs, comme si rien n’était vraiment important, et elle a un joli sourire je trouve. Alors c’est peut être pour ça que je ne me suis non plus pas trop inquiété.

Mais j’avais quand même le ventre un peu noué en allant à l’école ce matin. Bah. Les salles n’ont pas tellement changé depuis l’année dernière. C’est drôle, au début, quand le nouveau comité est arrivé l’école a beaucoup changé. Ils ont repeint les vieux murs, ajouté des plantes, des tables avec des écrans encastrés. Heureusement qu’il y a l’école d’ailleurs, pour voir des reportages depuis que le comité a décrété le boycott des chaînes de télé dans les maisons… Au début je pensais que ce serait insupportable, mais finalement ça a été le moment a partir duquel j’ai commencé a parler et à m’amuser vraiment avec mes copains, mes voisins, mes parents. Le moment aussi où on a commencé à passer des soirées à jouer, à faire du théâtre, à se raconter des histoires, à aller au ciné… Il y a trois cinémas qui ont ouvert dans le quartier depuis que la télé a été bannie, et souvent, à la belle saison, on discute devant la salle après le film. Beaucoup de choses ont changé en réalité, et peut être qu’un jour je serais très vieux et je pourrais mieux dire ce que j’ai ressenti à ce moment là… Le plus gros changement a été l’an dernier, lorsque nous avons décidé de repeindre le mur latéral avec un motif que nous avons choisi… un aquarium avec des poulpes géants, parce qu’on venait de voir un reportage qui disait que mine de rien c’est drôlement intelligent un poulpe. Depuis j’aime bien les poulpes. Je me dis aussi que j’aimerais bien un vrai aquarium. Ca doit être sympa un vrai aquarium, mais maman dit que je suis trop jeune pour ça. Je l’ai trouvée un peu chiée… j’ai quand même quinze ans ! Enfin bientôt.

Cette année la salle n’a pas tellement changé je trouve, ils ont juste rajouté de nouveaux tableaux aux murs. Ce qui a changé c’est ce journal, qu’on nous demande de tenir depuis la fin de l’année dernière. Racontez vous a travers un journal. Pfft, tu parles d’une corvée. Même si j’ai l’impression que mon regard sur moi et sur le monde change peu à peu depuis que j’écris plus souvent, mais c’est trop tôt pour en parler… C’est comme pour la télé… Je pourrais certainement mieux en parler quand je serais vieux… Peut être.

La prof est entrée et nous avons tous dû nous lever pour l’accueillir. C’est une nouvelle que je n’avais pas vue les années précédentes. Elle est très jolie avec son chemisier blanc et sa robe fendue assortie à ses chaussures. C’est rare que les profs soient aussi sexys. Je sens que je vais bien aimer l’école moi ! Elle a jeté un regard amusé au mur de poulpes et nous a dit de préparer nos cahiers. Puis elle a sorti un livre de son sac, et s’est assise sur le rebord du bureau, son livre posé près d’elle, pour nous regarder.

- Je m’appelle Maud et serais votre seule prof pour l’année, et peut être même pour plus longtemps si les réformes en cours aboutissent. Mais en cours je veux que vous m’appeliez uniquement Mademoiselle, en mettant un grand  » M  » à Mademoiselle si vous m’écrivez. C’est compris les louveteaux ?
- Oui Mademoiselle !

C’était drôle, toute la classe a répondu en choeur, comme si on avait tous été envoûtés par le son de sa voix. Ca a eu l’air de lui plaire et elle nous a dit que le comité avait décidé d’introduire quelques changements au niveau de l’enseignement. Le plus important étant la réintroduction des châtiments corporels lors des cours. Je l’écoutais sans vraiment attacher d’importance à ses paroles. Je crois que j’étais simplement subjugué par le son de sa voix, une belle voix profonde, légèrement flutée.

Puis elle a annoncé que nous commencerions l’année par une dictée et nous avons dû sortir nos cahiers. J’aime bien les dictées. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours bien aimé ça. Elle a mis un pied sur la table devant elle et s’est mise a dicter d’une voix claire :  » La punition « 

Une bonne dictée valant mieux qu’un long discours j’ai préféré la retranscrire in extenso :  » La punition se doit d’être juste et mesurée. Elle n’aura d’autre vocation que de faire prendre conscience à l’élève de l’ampleur de la faute qu’il a commise et de lui faire mesurer la longueur du chemin qui lui reste à parcourir pour satisfaire pleinement aux exigences de son apprentissage, chemin qui en réalité ne pourra jamais aboutir mais devra être poursuivi tout au long de l’existence en tant qu’idéal vers lequel tendre ». Point à la ligne.  » Elle ne devra en aucun cas être agréable, et ne pourra être infligée qu’après prononciation de l’accord rituel marquant le consentement de l’élève… « ….

Un mouvement dans un coin de la salle attire mon attention, un papillon ! J’adore les papillons. Ca me rappelle la Dame aux papillons. C’est drôle, je pense souvent à elle depuis ce jour où on se promenait au Tyrol avec papa et maman. Quelle trouille quand même ! A peine une petite pause pipi derrière un caillou et  déjà ils avaient disparu. Je les ai cherchés longtemps, mais c’était comme s’ils s’étaient volatilisés. Et je l’ai vue, assise sur un rocher près d’une petite cascade chantante, une très jolie Dame absorbée dans la contemplation d’un nuage de papillons. Heureusement qu’elle était là pour me recueillir pour la nuit !

Elle m’a emmené chez elle, dans sa maison posée sur le flanc de la montagne, tout au fond d’une vallée. Très simple et très jolie, à peine perceptible dans le paysage. C’était très beau à l’intérieur, simple et chaleureux, quelques meubles, des murs en bois et de grandes baies vitrées donnant sur la vallée. Je lui avais demandé où était la télé. Oui c’était à l’époque où les télés étaient encore autorisées. Elle m’avait simplement souri et montré à travers la fenêtre le petit ruisseau qui s’écoulait à travers les herbes qui poussaient entre les cailloux, et j’ai compris que c’était la seule télé qu’elle ait jamais possédé. Je lui ai demandé si elle avait un téléphone pour prévenir l’hôtel où j’étais… J’avais un peu peur que mes parents s’inquiètent. Ca l’a fait sourire. Elle a rédigé un petit message sur du papier, à l’attention d’un certain M. Charles I. C’était étrange. Je crois bien que c’était la première fois que je voyais quelqu’un écrire à la main. Puis elle est allée chercher un pigeon, elle m’a montré comment enrouler le message autour de sa patte et nous sommes sortis sur la terrasse. Le soir tombait. La lune se levait derrière une crête. Elle m’a donné le pigeon et j’ai eu le droit de le lâcher dans le soir qui tombait, au milieu des cris des marmottes…

Mademoiselle a claqué le livre sur le rebord du bureau. Ca a fait comme un bruit de tonnerre.
Vous là ? Qu’est ce que je viens de dire ?
J’ai bafouillé quelque chose, rougi jusqu’aux oreilles. Que voulez vous… J’ai toujours été un grand distrait.

Elle a dit qu’il était temps de passer à la mise en oeuvre pratique de ce qu’elle venait d’énoncer puisque la dictée semblait inopérante sur moi. Je n’ai pas trop compris sur le coup. J’essayais de me rappeler de quoi elle parlait avant que je ne me laisse distraire… Mais s’il faut en plus se mettre à écouter en classe maintenant ! Moi ce que je préfère ce sont les papillons.

Elle m’a dit d’aller me mettre sur l’étoile qui se trouve au milieu de la salle et tous les élèves se sont assis en rond autour de nous. Je me sentais un peu bête au milieu de leurs regards braqués sur moi. La prof s’est approchée et a commencé à défaire mon pantalon. Au début je ne voulais pas, mais elle m’a dit de ne pas faire pas l’enfant, que c’était aussi pour mes petits camarades que je devais me laisser faire, pour leur servir d’exemple, et leur montrer ce qu’il en coûte d’être distrait à l’école. Tu parles, ils étaient surtout en train de se moquer de moi. Je me suis laissé faire, avec le feu aux joues sous les rires de mes copains.

Il y en avait beaucoup qui trouvaient ça très drôle, mais certains riaient nerveusement. Il y en avait aussi quelques uns qui se taisaient, et Julie en faisait partie. Elle s’était assise en tailleur devant moi, et me regardait d’un air profondément absorbé, comme si elle était fascinée et ne voulait pas perdre une miette du spectacle. La Maîtresse a souri en voyant que j’étais tout dur dans ma culotte.

Elle m’a dit  » Toi mon loulou, je sens qu’on va bien s’amuser. Tu m’appelleras donc délicieuse Mademoiselle à partir de maintenant ». Puis elle a regardé la salle, et demandé s’il y en avait d’autres qui avaient le kiki tout dur. Personne n’a bronché. Ca l’a fait sourire, elle a dit que ceux qui avaient le kiki dur avaient 5 secondes pour se dénoncer sinon ils n’auraient jamais le droit de l’appeler délicieuse Mademoiselle aussi. Trois bras se sont immédiatement levés. C’était drôle. Puis elle a dit aux filles que pour elles on verrait ça plus tard. Son regard s’est attardé sur Julie qui lui a rendu un petit sourire timide et elle est revenue vers moi.

Je n’en menais pas large, debout au milieu des autres avec mon pantalon et ma culotte baissés sur les chevilles. Elle m’a défendu de me couvrir avec mes mains, et j’ai dû les laisser pendre le long du corps. C’était affreusement gênant, surtout avec Julie en face qui n’en perdait pas une miette. Mais elle n’a rien dit. Je crois que cette situation l’amusait bien. En tout cas elle n’a pas eu l’air choquée.

Délicieuse Mademoiselle m’a demandé de relever mon T-shirt et de me pencher un peu en avant pour bien présenter mes fesses. Puis elle a pris un martinet et s’est mise en face de moi, bien campée sur ses longues jambes. Elle m’a demandé pourquoi j’étais puni. Et j’ai dû le répéter trois fois pour elle, en parlant à voix haute pour que tout le monde m’entende bien. Elle m’a annoncé que pour ma faute je recevrais 50 coups de martinet. Puis elle a regardé la classe et dit que c’était beaucoup plus qu’une punition normale, mais que j’étais un cas particulier, que pour moi ce serait bien trop agréable si la punition était trop légère. Je me demande ce qu’elle a voulu dire par là. Pas que je serais puni plus que les autres j’espère. Parce que…

Elle m’a obligé à lever la tête avec le manche de son martinet, et j’ai dû lui promettre, en la regardant droit dans les yeux, que je ne serais plus jamais distrait à l’école. Elle m’a annoncé que ce qu’elle allait me faire n’était rien en comparaison de ce que je subirais si jamais elle me reprenait un jour à être distrait en classe.

Pendant quelques secondes elle a eu l’air très dure. Ce n’était plus du tout la délicieuse Mademoiselle avenante et souriante qui nous faisait cours quelques instants plus tôt, et sur le coup j’en ai été tout retourné. Ses yeux se sont vrillés en moi. C’est comme si quelque chose s’enfonçait à l’intérieur des miens, et m’obligeait à la regarder droit dans ses beaux yeux sombres. Je me suis senti vraiment tout petit, une minuscule petite chose posée devant elle. Je voulais baisser la tête, mais c’était impossible. Puis elle s’st radoucie et m’a redemandé pourquoi j’étais puni, et je le lui ai redit.

Puis elle m’a demandé si j’acceptais de recevoir la punition qu’elle avait décidé pour moi.

Je ne sais pas si je saurais un jour pourquoi j’ai dit oui… Même quand je serais très vieux… Mais je crois que je serais beaucoup plus attentif à l’école dorénavant ;-).

___________________
Creative Commons License Heidi Silicium

This entry was posted in Un pont vers le futur. Bookmark the permalink.

5 Responses to 5 septembre 2032

  1. doigt de miel says:


    Je me demande bien ce que l’on peut apprendre dans cette école avec cette Mademoiselle…Vous nous direz ?
    Ne cessez pas vos rêveries, soyez plus discret pour ne pas vous faire prendre…!
    Ce joli texte plein de fantaisie m’a bien fait sourire…il est très… »visuel » ! Y aura t-il une suite ?
    Posté par Véro, 03 août 2008 à 16:58

    Ben il va falloir, puisque vous souhaitez en savoir davantage sur ce programme pédagogique avant gardiste

    Merci pour vos conseils… je crois que ça m’aidera bien pour la suite
    Posté par doigt de miel, 03 août 2008 à 16:59

    Un texte-sourire qui me fait « digérer » ma mélancolie automnale…
    Merci de me l’avoir signalé…
    Posté par AURORA, 03 septembre 2008 à 22:59

    Hihi,
    celà dit essayez pas trop d’appliquer ça en cours… Je vois d’ici la tête qu’ils vont faire au rectorat … N’empêche… Parfois je me demande ce qu’en penserait Françoise Dolto …
    Posté par doigt de miel, 04 septembre 2008 à 06:22

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>