Phyllis et Aristote : ze enquête

Il y a quelques années, j’ai lu la nef des fous, un chef d’oeuvre de la littérature médiévale aux accents étonnamment contemporain, rédigé en 1494 par Sébastien Brant dans la plus pure tradition satirique rhénane. Et là je tombe sur un lai disant que le sage Aristote avait pour coutume de se faire harnacher et monter par sa maîtresse Phyllis.

Bon d’accord, Sébastien Brant a écrit pour caricaturer les folies et les vices qu’il voyait autour de lui, une relecture médiévale et commentée des 7 péchés capitaux en quelque sorte… Toutefois je vous laisse imaginer l’état de ravissement dans lequel ça m’a plongé… Quoi Aristote lui même ? Le sage d’entre les sages ne dédaignait pas d’aller se faire monter de temps à autre par une Dame… Si les plus grands philosophes de l’antiquité eux mêmes cautionnaient mes petites fantaisies… C’était un peu comme d’aller voir un film érotique avec la bénédiction du festival de Cannes…

Et puis un jour… j’ai voulu vérifier. Internet est parfait pour vérifier une anecdote, on peut accéder en quelques secondes à n’importe quelle information (bon faut faire gaffe quand même à ce qui est écrit, tant il est vrai que c’est aussi le média idéal pour réécrire le passé en propageant de fausses informations, et pas toujours de bonne foi d’ailleurs), mais globalement, quand vous avez plusieurs sources académiques qui disent toutes la même chose vous pouvez considérer qu’il s’agit d’une information un tant soi peu avérée et fiable…

Il m’a suffi de taper  » Aristote et Phyllis  » sur google (si si, essayez, vous verrez comme c’est simple…) et je suis tombé sur cette notice d’une oeuvre exposée au musée Dobrée, de Nantes :

 » Au Moyen Âge, alors que les théories d’Aristote sortent tout juste d’un long oubli, circule un roman relatant un curieux épisode de la vie d’Aristote : Aristote reprochait à son élève Alexandre de délaisser ses études pour l’amour d’une courtisane, Phyllis. Celle-ci se vengea en séduisant le philosophe et en se promettant à lui s’il se laissait chevaucher par elle. Il céda, et Phyllis prévint alors Alexandre en chantant un lai d’amour [petit poème narratif]. Ce dernier ne manqua pas de se moquer de son maître… « 

L’Alexandre en question était le fils d’un roitelet de Macédoine, et promis à un avenir assez glorieux… Mais c’était quand même assez curieux… Et puis on n’était plus du tout dans une histoire de plaisir partagé, mais dans quelque chose qui ressemblait fort à une vengeance.

Plus tard je tombe sur un livre scanné dans Google books , avec un petit encadré disant que ce sujet est emprunté au  » lai d’Aristote, lui même inspiré d’un conte oriental et dû au trouvère Henri d’Andely, actif à Paris vers 1220-1240 (…) « 

Allons donc, v’là t’y pas un conte oriental maintenant… Fichtre ! Et Aristote dans tout ça ?

Bon il est vrai que si vous prenez un jour le temps de lire les mille et une nuits, vous verrez que c’est loin d’être une bluette, et c’est même souvent carrément trash… Mais je digresse là… Revenons plutôt à notre philosophe et à sa Dame hippophile…

Je poursuis, et je tombe sur une page consacrée à Hans Baldung Grien… extrait…  » (…) Le thème du philosophe, réduit en esclavage par la femme, est au Moyen Age prétexte à fabliaux, représenté dans des miniatures et des ivoires. ( …) « 

Et encore plus tard, dans un autre document je trouve :

 » (…) Les nombreuses illustrations de cet épisode se nourrissent probablement d’autres textes sur le pouvoir des femmes et sur les dangers de l’amour. Ainsi, dans son fabliau érotique Le vilain de Bailluel, Jean Bodel déclare :
Mes li fabliaus dist en la fin
C’on doit por fol tenir celui
Qui mieus croit sa fame que lui ! (…)

Et plus tard encore… sur un autre site

 » Héritage de la misogynie traditionnelle des milieux cléricaux du Moyen Age (dont la querelle du Roman de la Rose, vers 1400, fut une manifestation), le thème du pouvoir des femmes se teinte probablement, à la fin du XVe siècle, d’une satire des codes courtois. Il s’oppose assez nettement à celui des neuf Preuses : certes les preuses sont puissantes, mais elles s’inscrivent dans un idéal chevaleresque que la fin du XVe siècle commence à railler… « 

Hmmm, ça commence à sentir franchement le roussi tout ça… ce que je prenais pour une anecdote croustillante ne serait il qu’une légende urbaine pour persifler l’influence néfaste des sentiments en général et des femmes en particulier ? Il est vrai que la renaissance marque le début d’une époque où la raison va prendre progressivement le dessus sur toute autre considération… 

Et alors Aristote dans tout ça ?
Est ce qu’il se faisait vraiment harnacher par Phyllis ?

En l’absence de traces de textes contemporains d’Aristote narrant cette histoire, je serais plutôt porté à croire qu’il s’agit d’un conte destiné à l’édification des masses, rédigé pour fustiger la quête de volupté en l’opposant à la vertu et à la sagesse.

Finalement cette histoire est très manichéenne : elle veut montrer qu’il y a incompatibilité entre la volupté et la sagesse. Elle invite l’homme a renoncer aux plaisirs de la sensualité pour se consacrer au seul culte de la raison… et s’il ne le fait pas on ne manquera pas de faire de lui la risée de ses pairs. C’est le début d’une époque très moralisatrice et très mysogyne, qui comme par hasard sera bientôt inaugurée par 150 ans de guerres de religions qui vont saigner l’Europe comme jamais elle ne l’a été… avant de déboucher sur d’autres horreurs.

C’est assez ironique je trouve que cette histoire ait pris Aristote pour cible… Sa logique, qui est d’ailleurs toujours un des fondements de notre mode de pensée occidental, nous invite a raisonner en termes d’exclusions : Si la raison est plus grande que la volupté c’est qu’il faut renoncer à la seconde, pour ne se consacrer qu’à la première.

C’est, me semble t il, ce qu’en ont retenu les penseurs de la renaissance.

C’est là aussi qu’ils se sont peut être trompés : pour ma part je vois pas pourquoi je devrais choisir entre la raison ou la volupté, renoncer à l’un pour l’autre… Pour ma part j’ai envie de les concilier, de les reconnaître comme deux pôles influents de ma nature d’homo sapiens. Pour ma part j’ai envie de m’appuyer à la fois sur la raison et sur la sensualité pour guider mes pas. J’ai envie de faire en sorte que chacune nourrisse l’autre, et que ça me permette de réconcilier ce qui relève en moi de la cérébralité de mon esprit et ce qui relève de la sensualité de mon corps

Pour en revenir à Aristote, j’ai longtemps eu une image très sérieuse des grands anciens, je me les représentais en hommes très sages, très graves, très austères, utilisant toujours des mots très compliqués… Un peu ch… pour tout dire ;-).

Puis j’ai découvert que les questions qu’ils se posaient étaient de bonnes questions, et que les réponses qu’ils avaient données expliquaient pour une bonne partie le monde actuel… Et surtout je me dis qu’ils ne devaient pas être aussi austères que ça, que ce n’est qu’une façade, une autre fable érigée par des générations de contempteurs… Je ne vois pas pourquoi la philosophie empêcherait d’être léger. Je ne serais pas étonné de découvrir un jour qu’ils aimaient aussi se laisser aller de temps en temps à de franches rigolades en se murgeant le groin à l’hydromel sur l’agora avant d’aller se lâcher un peu sur les autels de dyonisos.

Finalement j’aime bien me dire qu’Aristote prenait plaisir à se faire chevaucher de temps à autre par une Dame langoureuse qui n’avait pas froid aux yeux… :-).

Même si au fond la réalité c’est que je n’en sais rien.
Allez, une p’tite dernière pour finir, que je trouve très jolie… Lisez la notice qui figure au bas de l’image… Elle est amusante je trouve… :-).

___________________
Creative Commons License Heidi Silicium

This entry was posted in Le fin mot de l'histoire. Bookmark the permalink.

6 Responses to Phyllis et Aristote : ze enquête

  1. doigt de miel says:

    C’est vrai que l’on s’imagine toujours les époques anciennes comme des époques où les gens étaient prudes, manquant d’imagination, faisant l’amour dans le noir. Un peu comme on a du mal à imaginer nos parents en train de faire l’amour…
    Comme quoi Aristote était un homme vraiment très intéressant…
    Posté par Véro, 03 août 2008 à 17:57

    Un petit tour ici suite à ton message, pour découvrir un article très intéressant.
    Comme toi, je pense que l’histoire d’Aristote et Phyllis est une allégorie, figure fréquente au Moyen-Age, pour stigmatiser les femmes et le danger qu’elles représentent pour l’homme. La Grèce antique comme le Moyen-Age sont deux périodes patriarcales et misogynes et loin d’être méconnu ou oublié, Aristote était le maître à penser de toute l’époque médiévale. En faire le jouet d’une femme, c’était comme tu l’expliques dans ton billet, soumettre la raison aux passions. De nombreux textes médiévaux exploitent ce ressort allégorique du combat des vices et des vertus : les psychomachies de Prudence ou le Roman de la rose illustrent bien qu’images et textes médiévaux doivent être interprétés à différents niveaux de lecture, le sens littéral n’étant que le premier d’entre eux et, partant, le plus imparfait..

    Mais… si Aristote échappe à notre soif d’anecdote croustillante et vérifiée, d’autres grands penseurs font nos délices : Socrate et la sublime Diotime ou Saint-Augustin (himself) et son goût immodéré pour les femmes et la débauche.
    Le Moyen Age n’est pas cette époque obscure et barbare mais un chaudron bouillonnant de vie et d’idées qui rendra possibles les découvertes et les audaces du XVIe siècle.

    Je m’arrête ici, j’en ferais vingt pages ! alors simplement, bravo pour ton article, doigt de miel. Je me suis régalée à sa lecture.
    Posté par Nell, 10 octobre 2009 à 08:30

    A Nell…
    C’est amusant, je ne suis pas spécialiste de cette époque, mais quand je vois une Aliénor d’Aquitaine, une Anne de Bretagne, ou encore les textes d’Anne Commène décrivant la présence de combattantes parmi les croisés je ne suis pas certain que le moyen âge ait été tellement mysogyne… Il me semble plutôt que celle ci a été progressivement instituée en principe par les penseurs de l’époque, dont les idées ont triomphé pendant la période suivante grâce à leur diffusion par l’imprimerie…

    J’aime beaucoup cette période… un joli bouillonnement de vie et d’idées comme vous le dites très justement … d’où est sorti du bon et du moins bon…

    Je n’ai jamais lu le banquet mais… beaucoup de tendresse pour la vie Saint Augustin… et pour votre belle culture aussi ))
    Bises
    Posté par doigt de miel, 12 octobre 2009 à 08:09

    Ainsi donc ! …
    … c’est là et ainsi que tout a commencé ! Par ce texte à propos d’Aristote et Phyllis ! Heidi, votre cerveau me plait beaucoup.
    Posté par zappymax, 12 février 2010 à 10:03

    Il y a eu quelques billets avant celui ci, mais je pense que ça lui fera très plaisir… merci pour elle
    Bises
    Posté par doigt de miel, 14 février 2010 à 03:43

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>