Jouer avec les mots

J’ai commencé à écrire en 1990, à l’occasion de mon premier « grand » voyage. C’était en Roumanie. Il y avait encore des étoiles rouges sur les pancartes des villes et des miradors aux frontières. Je découvrais un monde radicalement différent de tout ce que j’avais connu jusque là, et je voulais en garder une trace… Pas même un récit, juste des impressions fugaces qui se sont peu à peu muées en journal intime… Longtemps mes carnets ont été mon bien le plus précieux… Je les ai toujours… des dizaines de carnets rangés dans un tiroir en bois, que je relirais un jour pour savoir d’où je viens…

En 2004 j’ai commencé un roman qui m’a occupé pendant un certain temps. Je n’ose même pas vous avouer de quoi il parle ;-). J’espère bien le finir un jour. Au fond il ne me manque qu’un déclic pour le faire… une Maîtresse peut être… du moins il me plait de le penser ;-)… Pas pour me forcer à écrire, mais peut être pour m’aider à trouver certaines clés qui me manquent pour le terminer…

Puis j’ai rencontré Heidi, et commencé ce blog. C’est là que j’ai cessé à peu près complètement mes carnets… Je me dis parfois que je devrais les reprendre. Le fait d’écrire m’aidait beaucoup à prendre du recul par rapport à mon ressenti et à mon vécu… Et en même temps je n’en ressens plus l’impérieuse nécessité comme il fut un temps… Alors il n’est pas certain que je le referais un jour.

C’est amusant il me semble qu’à chacun de ces supports, journal, roman, blog, correspond une forme d’écriture particulière. Le moyen d’écriture joue également, ne serait ce que car il est très facile de reprendre un texte écrit sur ordinateur… Et pour ma part je ne m’en prive pas… au risque d’y perdre un peu de temps parfois…

Il m’arrive souvent de reprendre mes billets dans les 24-48h qui suivent leur
publication… Ca arrivera sans doute aussi pour celui-ci ;-)… Je ne puis m’empêcher de reprendre, modifier, peaufiner… des
changements parfois homéopathiques, parfois conséquents…

Les seuls moments où je me l’interdis c’est lorsqu’il s’agit d’un
passage auquel quelqu’un a fait référence dans un commentaire… Dans ce
cas il me semble que le texte devient « inamovible », gravé dans le marbre…

Je crois qu’au début je cherchais seulement à affiner mes textes… mais depuis quelques temps je le fais aussi pour me trouver un nouveau style d’écriture… peut être car quelqu’un m’a fait réaliser un jour qu’elle était parfois un peu indigeste ;-), mais il me semble aussi que notre époque demande d’aller vers des textes plus concis, plus précis, plus appropriables par des lecteurs submergés d’infos… Bon c’est clair qu’il me reste du chemin à parcourir, mais… faut être ambitieux dans la vie ;-)…

J’aime bien faire passer des choses en images aussi… Ce n’est qu’une intuition mais il me semble que la communication se fera de plus en plus via des images dans le futur, ne serait ce que car elles constituent un excellent moyen de franchir les barrières linguistiques… J’ai toujours été frappé de voir qu’un japonais peut lire un journal chinois sans parler le mandarin pour autant… simplement car la signification des idéogrammes est identique dans ces deux langues quand bien même ils se prononcent différemment…

Bon je dis ça mais… du coup je n’ai pas la moindre idée de l’image que je pourrais utiliser pour illustrer ce billet ;-)… Celle ci peut être ;-)

.


(Guillaume Apollinaire)
(avec un clin d’oeil à une amatrice de calligrammes ;-)

(si vous avez d’autres idées d’illustration je serais ravi de les ajouter à ce billet ;-)

___________________
Creative Commons License doigt de miel

[Edit du 19 novembre]
Ce billet illustré par Miss Anis :-)

.

.

Hihi, mille mercis d’avoir joué le jeu :-))…
Heidi vous embrasse, et elle m’a envoyé ceci pour vous, mais shhht ;-)
(bon je sais pas si elle est italienne ;-)))

S’il y a d’autres joueurs le jeu se poursuit ;-)


This entry was posted in Au fil des jours. Bookmark the permalink.

11 Responses to Jouer avec les mots

  1. doigt de miel says:

    Ecrire… Il y aurait tant à dire… qu’un commentaire ne suffirait pas – sourire.
    Chacun de nous y accorde son propre cheminement. Mais je reste sur cette impression personnelle de « graver », oui. Souvenirs, évolutions, douleurs, rires, toutes nos émotions. Que ce soit l’instant précis dans un journal ou d’une façon plus globalisante les ressentis d’un vécu ou d’un « à vivre ».
    Posté par Narracoeur, 18 novembre 2009 à 10:57

    Ce n’est pas moi qui te dirai que l’image n’est pas un mode d’expression tout aussi interessant que l’écriture…
    mais plutot que de les opposer il me semble qu’il faut voir leur complémentarité… certains « voient » et « lisent », d’autres ne font que lire, d’autres que voir, ces facultés doivent correspondrent à des portions différente du cerveau, qui ne sont pas également développées chez tout le monde…
    Posté par photaphil, 18 novembre 2009 à 13:54

    Evocation
    Il y a des mots qui peuvent nous évoquer des sentiments différents en fonction de la façon du moment où on les reçoit des images aussi si elles sont abstraites peuvent être perçues autrement en fonction de l’angle dot on les regarde.
    Chaque être ayant une sensibilité propre interprétera les mots ou les images à sa façon.
    Et puis l’association des images et des mots prendra un tout autre sens pour chacun.
    Bises
    http://motcomptedouble.blog.lemonde.fr/files/2006/11/mot_utile.jpg
    http://www.emmanuelle-urien.org/Galerie/Mots%20dits.jpg
    Posté par Miss Anis, 18 novembre 2009 à 16:02

    oui…
    Écrire… lire… se donner, se dévoiler en secret et oser, oser publier, c’est tout un travail. Quand j’écris, je vis en osmose mes mots, les images sont là, indissociables, mes ressentis, c’est presque de l’écriture automatique et je ne m’arrête qu’au point final, essoufflée, épuisée et étonnée du temps qui a passé, atterrissant enfin.

    Je continue l’écriture, mais je ne publie plus, je garde précieusement nos moments, c’est si intime, si intense et puis, je n’éprouve pas le besoin de publier, plus pour l’instant du moins, peut être un jour…

    Quand je lis tes posts, je plonge illico dans les images, tu réussis à me (nous) faire vivre intensément tes ressentis.
    bises
    Posté par Plume, 18 novembre 2009 à 20:01

    C’est l’heure d’un petit bilan ? Et vers que style d’écriture aimeriez-vous évolué, avez-vous une idée ?
    Bises de papillon
    Posté par VéroPapillon, 19 novembre 2009 à 18:15

    écrire les mots, un plaisir renouvelé
    mais les dire, les lire en est un plus grand encore pour moi…
    si je savais comment m’enregistrer je t’aurais envoyé une bande son pour compléter les images…
    Posté par home, 19 novembre 2009 à 18:33

    A…
    Narracoeur…
    Oui chacun ressent l’écriture à sa manière…Pour ma part il y a un côté très thérapeutique ;-)… Mais j’aime beaucoup l’idée de garder une trace, d’un instant, d’un ressenti, d’un regard porté…
    Merci pour vos mots et soyez la bienvenue au Pays de Heidi Silicium :-)
    Bises

    Phil…
    C’est vrai que tu serais assez mal placé pour jouer les iconoclastes ;-)…
    C’est amusant en te lisant je me dis qu’au fond le calligramme est une très belle façon de parler aux deux côtés du cerveau à la fois ;-)
    Bises

    Miss Anis…
    Oui, d’où l’intérêt d’avoir un langage le plus précis possible…
    Hihi, comme quoi on en revient toujours aux problèmes de communications… et de langue… si j’ose dire ;-)
    Merci encore pour les images… ;-)
    Bises…

    Plume…
    Oui, dificile de tout dire… C’est pour ça que je me dis parfois que ce serait pas mal de recommencer un journal… Et puis il faut savoir garder une part de mystère… au moins pour un temps ;-)…

    Merci pour tes mots :-)
    Bises

    VéroPapillon…
    J’ai quelques idées oui, mais shhht ;-)… Disons que c’est plutôt une direction à suivre… un joli sentier qui sinue au clair de la lune… :-)
    Bises

    Home…
    Hihi… alors là tu peux compter sur moi pour te l’expliquer !!! :-)… pense à m’envoyer le fichier quand ce sera dans la boîte…
    (je n’ose te dire ouvre bien tes oreilles ;-)
    Bises douces
    Posté par doigt de miel, 20 novembre 2009 à 05:48

    chiche…
    Posté par home, 20 novembre 2009 à 17:23

    A home…
    Hihi, j’en étais sûr ;-)…
    J’adore ce p’tit côté joueur chez toi :-)
    Bises
    Posté par doigt de miel, 22 novembre 2009 à 07:23

    Tout comme vous, j’ai ce besoin d’écrire qui m’est apparu en 2007 alors que je vivais une rupture douloureuse. Je n’avais pas envie forcément d’un style « journal-intime », mais je voulais (comme vous le dites si bien) prendre du recul par rapport à ce que j’étais en train de vivre.
    J’ai tenu un journal intime au moment de l’adolescence, puis j’ai tout jeté et je regrette, tout comme je regrette tant d’avoir supprimé mon premier blog (« Rien que pour moi Agatha »). Je l’ai trouvé très réussi pour un premier essai ! ;-)
    J’aime votre façon de ressentir les choses et de les mettre à plat, illustrées toujours de très belles photos ;-)
    Bisous
    Posté par Agatha, 25 novembre 2009 à 00:07

    A Agatha…
    Oui c’est un excellent moyen de prendre du recul… Pour ma part je regrette parfois de ne pas pouvoir partager tout ce que je ressens sur ce blog… Peut être car il y a des gens que je connais « irl » qui viennent le lire… Mais peut être aussi car il m’arrive d’être rempli de doutes et que j’aimerais que ce lieu reste un joli jardin poétique dédié à Heidi ;-)
    Merci pour vos mots, qui me touchent profondément :-)
    Bises douces :-)
    Posté par doigt de miel, 25 novembre 2009 à 08:09

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *