Fleur de cuir

J’ai très vite senti qu’on était sur la même longueur d’onde… Il y a des choses comme ça qui ne s’expliquent pas… Elle devait en penser à peu près autant car notre conversation a progressivement glissé vers des sujets pour le moins orientés…

– Et juste par curiosité, tu me verrais comment si tu m’attachais ?
– Je t’imaginais assez bien torse nu (il faut dire qu’elle a une très jolie poitrine)
– Ah non là ça va pas être possible…
(…)
– Mais j’ai quelques tenues s’empressa-t-elle d’ajouter
(Grand sourire jusqu’aux oreilles ;-)

Je la revois un peu plus tard devant moi, debout sur ses escarpins, la tête basse et fière pourtant jusque dans sa reddition, un bandeau sur les yeux, la taille enserrée dans un joli corselet, haletante…

Il y a quelque chose de divin dans le fait de glisser un doigt sur une
culotte trempée de joie, de le sentir s’enfoncer légèrement à travers
le tissu dans quelque chose de chaud, de doux, d’humide… Comme une
éponge qui vous absorberait sans même que vous vous en rendiez
compte… Impression de toucher le bonheur du doigt…

Je l’ai fait mettre à genoux pour lui présenter le collier… Je ne savais pas à ce moment là que je le lui offrirais au moment de nous séparer… C’était bien le moins que je puisse faire en souvenir de ces merveilleux moments passés ensemble…

Elle s’est bien défendue pourtant… la belle voulait bien qu’on la fesse et la fouette, mais se mettait à ruer à chaque fois que mon doigt s’approchait de son petit oeillet… Je ne lui voulais pas grand mal pourtant ;-)

Je ne sais pas ce qu’aurait fait un vrai dominant à ma place (bah oui… normalement je suis plutôt de l’autre côté du manche ;-), mais pour ma part j’ai préféré déposer le martinet, assez copieusement utilisé il est vrai, et apaiser le feu de sa peau rougie à la pointe de ma langue… Elle s’est ouverte comme une fleur, m’offrant la pleine jouissance de ses trésors cachés en émettant de petits sons absolument charmants… Comme quoi on obtient toujours bien plus avec de la douceur…

Ce fut une nuit très tendre, caressante, enivrante… Je devinais son sourire dans la pénombre des bougies… Une demoiselle très coquine et sensuelle assurément… Je n’en avais jamais connu d’aussi sensible des seins… Avec cette sensation étonnante de la voir grimper au ciel à chaque fois que mes doigts, ou mes lèvres, se refermaient sur ses petites pointes érigées, gorgées de désir. Il n’est d’ailleurs pas du tout impossible que j’en aie un peu abusé ;-)

Elle a retiré son corset très tard dans la soirée, presque à regrets, en m’expliquant qu’elle adorait le porter pendant des heures… Je lui ai fait remarquer que le laçage n’en était pas non plus trop serré…
– Ce n’était pas à moi de le vérifier, m’a t elle dit avec un sourire moqueur…

Je n’ai rien dit, mais je m’en souviendrais pour notre prochaine rencontre… et il n’est pas exclu qu’elle s’en morde un peu les doigts ;-)…

.

___________________
Creative Commons License doigt de miel

This entry was posted in Ombres et lumières. Bookmark the permalink.

6 Responses to Fleur de cuir

  1. doigt de miel says:

    oh oh un corset… ça me donne des idées…
    Posté par home, 15 novembre 2009 à 10:41

    Je n’ose imaginer à quoi tu pense ;-)
    Bises
    Posté par doigt de miel, 15 novembre 2009 à 22:55

    soumise…
    Mais on sait bien que celui qui mène le jeu est le soumis n’est ce pas?
    Le corset….dois-je dire que j’aime être entravée par ses liens qui me coupent presque la respiration mais dont le port me donne une allure si femelle si divine.
    Le fantasme est omniprésent dans mon esprit, ce texte est un plaisir et l’image me fait fantasmer.
    des bises
    Posté par Miss Anis, 16 novembre 2009 à 10:49

    Tenue
    Corset, serre-taille…de cuir, de vinyle, de satin…
    Qu’importe si l’on se sent dominante ou soumise, le fait est que porter cela donne irrémédiablement au corps une rigueur, une envie d’être « au-dessus » de soi, comme si un fil invisible nous maintenait vers le haut…
    J’aime porter ces divines parures à lacer, à serrer, et j’aime les fines traces rouges qui perdurent, même quand, seule, je me regarde dans le psyché…je le sais loin déjà, tandis que je vais me couler sous la couette, mais ces lignes sur ma peau ont un écho sur la sienne…certes plus brûlantes, plus persistantes, mais jumelles de notre désir d’absolu…
    Posté par Ms Cassandre, 16 novembre 2009 à 21:30

    A…
    Miss Anis…
    Oui je conçois aisément que l’image fasse fantasmer (ça me fait un peu le même effet mais shhht ;-)))
    Merci pour vos mots :-)))

    Beaucoup à dire sur la dialectique top/sub…
    C’est clairement le sub qui détient les clés de la relation… ensuite il me semble que le jeu c’est précisément de se laisser (trans)porter… sinon c’est pas drôle ;-)… mais je me plante peut être ?
    Bises douces
    PS. votre billet de dimanche est tellement beau que je n’ai pas osé le commenter ;-)

    Ms Cassandre…
    C’est amusant j’ai l’impression de reconnaitre cette sensation… J’ai un peu la même impression de quelque chose qui me « redresse » et me tire vers le haut quand je me sens soumis… ;-)

    Je n’avais jamais vu les marques de corset comme un écho ou une réminiscence… Une très belle façon de partager avec vos compagnons de jeu :-)… N’empêche ils pourraient quand même attendre un peu avant de s’éloigner ;-))
    Amitiés
    Posté par doigt de miel, 18 novembre 2009 à 01:25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *