Emouvons nous là haut

Le voyage aux Pyrénées
fait partie de cette catégorie de films à la fois trop barrés pour toucher les foules et trop sages pour
s’adresser aux gros des troupes des milieux alternatifs…

Ben dame c’est qu’il se mérite au même titre qu’un col du GR10 ! Il faut se donner le temps de dépasser l’impression initiale de bricolage improbable pour entrer dans le monde enchanté des frères Larrieu et se laisser gagner progressivement par l’enthousiasme qui se dégage de cette fantaisie loufoque et décalée, imprégnée de bout en bout de bonne humeur, de poésie et d’un érotisme discret (quoique ;-) et jubilatoire… Un film parfait, donc, pour finir en beauté un chaud dimanche d’été avant de
rentrer chez soi sur une petit nuage, en rêvant de retour à la
nature…

C’est Heidi qui me l’avait conseillé bien sûr, dans un de ses derniers messages reçus par pigeon voyageur (merci d’ailleurs pour cette belle découverte)… Le plus étrange c’est qu’elle semblait au courant du contenu du film bien avant sa sortie… Et je me demande parfois si elle ne serait pas de mèche, d’une manière ou d’une autre, avec les auteurs du film…

Darroussin et Azema y forment un couple sympathique et névrosé qui a bien du mal a passer inaperçu… faut dire qu’une pipole nymphomane ça ne se rencontre pas tous les jours… du moins pas au pied de la brèche de Roland ;-). Mais ce sont, comme toujours chez les Larrieu, avant tout les Pyrénées qui sont la vraie vedette du film. Ce sont elles qui invitent au voyage, à la découverte et au dépassement de soi… Belles, sauvages, généreuses, majestueuses, capricieuses, à la fois douces et intimidantes, ce qui n’est d’ailleurs pas sans m’évoquer certaines complices de jeu ;-).

Sur leurs flancs, dans leurs gorges, dans leurs sous-bois l’on croisera toute une faune où se mêlent pêle-mêle un ours bulgare qui fait pipi debout, une taulière adepte de saut à l’élastique, un cuistot tibétain un tantinet chaman sur les bords, des journalistes locaux et loquaces, un spécialiste du massage au chocolat (j’en connais des qui iraient voir le film rien que pour ça ;-), des gardes forestiers adeptes de haïlle-technolodgy et un trio de curés païens emmenés par Philippe Katerine… Un film d’une liberté absolue, toujours plus haut sur la montagne, toujours plus excentrique, jusqu’à l’apogée, renversante et troublante, au même titre que les sommets, admirablement réfléchis dans les eaux limpides des lacs d’altitude.

Si vous êtes un tantinet contemplatif, si vous vous sentez une âme de poète épicurien, si vous appréciez les fantaisies capillotractées alors je ne saurais que trop vous recommander ce petit bijou drôle et sensible, visible partout en France mais dans de moins en moins de salles… à voir rapidement donc… :-).

This entry was posted in Sortir, sortir, sortir. Bookmark the permalink.

5 Responses to Emouvons nous là haut

  1. doigt de miel says:

    Hé! Miss Heidi, vous avez un très joli blog…
    De quoi me donner des idées si j’envisage un déménagement!
    Pour le film, promis, j’irai, ne serait-ce que pour Darroussin, acteur complet que j’adore dans tout ce qu’il fait…
    Posté par AURORA, 01 août 2008 à 02:31

    Message transmis
    Merci ça lui fera très plaisir je pense…
    Je suis tout à fait d’accord avec vous pour Darroussin, j’espère que le film vous plaira…
    Suis impatient aussi de lire votre critique sur le Konuma, elle m’a l’air tout à fait fascinante cette petite fleur là .
    Posté par doigt de miel, 01 août 2008 à 21:50

    Funeste erreur, j’ai cru que le blog était tenu par une « aile » alors que c’était un… « île ».
    A force de voir le sujet Fetish-SM traité seulement sur des blogs de femmes, il fallait bien qu’un jour, j’en arrive à manquer d’attention quant aux accords grammaticaux!
    Plates excuses)
    Posté par AURORA, 02 août 2008 à 02:23

    Hihi
    y’a pas de soucis… Elle n’est pas susceptible (quoique … et moi non plus d’ailleurs …
    Et puis en quelque sorte c’est bien son blog à « aile » .

    PS. Vous me ferez quand même deux avés et trois pater …
    Posté par doigt de miel, 02 août 2008 à 02:36

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *